Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 février 2010 6 06 /02 /février /2010 14:47

Doumia.jpgIl y a 3 semaines, le refuge des Animaux et des Hommes de Bouguenais (44) procède au retrait d'un chien au domicile d'un jeune homme.

La responsable du refuge et une bénévole découvrent alors une jeune golden retriever de 7 mois dans un état effroyable : fracture du crâne, oedème au cou, mâchoire, patte avant et bassin brisés, multiples brûlures sur le corps sans doute infligées par un briquet. Doumia est aussi très maigre et anormalement petite pour son âge. Prostrée, incapable de bouger, le jeune animal est immédiatement transporté chez le vétérinaire le plus proche et placé sous morphine afin de calmer ses souffrances intenses.

Son calvaire durait sans doute depuis des mois.

Aujourd'hui, Doumia va mieux. De puissants anti-inflammatoires ont remplacé la morphine et dès que son état sera stabilisé, elle subira les opérations nécessaires à son rétablissement.


Afin que de tels agissements ne se reproduisent plus, le refuge des Animaux et des Hommes, la SPA de Nantes et de Pornic, la confédération des SPA de France (250 refuges), ainsi que la Fondation 30 Millions d'Amis, se sont constitués partie civile. Le bourreau de la jeune chienne sera donc jugé – sévèrement, espérons-le - dans les mois qui viennent. Mais pour une Doumia sauvée, combien d'autres périssent en silence sous les coups de propriétaires sadiques et détraqués ?


 

Pour signer la pétition en faveur de Doumia : http://lapetition.be/en-ligne/petition-6122.html

Pour faire un don et financer les opérations de Doumia :

Refuge des Animaux et des Hommes

Les Landes Bigot

44340 Bouguenais

02 40 26 90 00

http://www.desanimauxetdeshommes.com

Repost 0
Published by Marie Marchesseau - dans Cartons verts-Cartons rouges
commenter cet article
21 janvier 2010 4 21 /01 /janvier /2010 14:45

_0766-1-.jpgLuron est un gentil épagneul breton mâle, âgé de 13 ans. Il a passé sa vie délaissé, dans un poulailler insalubre. En raison de son âge, il a peu de chances de se faire adopter. C'est pour un chien doux, affectueux et en bonne santé qui mérite un fin de vie digne.
Luron recherche un foyer qui lui apportera l'affection dont il a tant manqué.
Parrainé par la Fondation 30 Millions d'Amis, l'adoptant aura droit à une bourse de 600€ pour les frais vétérinaires.

Luron vous attend au refuge Des Animaux et des Hommes, à Bouguenais (44).
Téléphone : 02 40 26 90 00
Site :
www.desanimauxetdeshommes.com

Repost 0
Published by Marie Marchesseau - dans Adoption
commenter cet article
12 janvier 2010 2 12 /01 /janvier /2010 14:45

ggg_012.jpg
Depuis le 1er janvier 2010, les détenteurs de chiens catégorisés doivent justifier d'un permis de détention. Cette nouvelle loi vise à renforcer les mesures de prévention des morsures en responsabilisant les propriétaires, qui devront désormais soumettre leur animal à une évalution comportementale chez un vétérinaire, puis suivre une formation qui déterminera leur aptitude à posséder un chien dit «dangereux».

 

Si l'idée de fond - protéger les personnes des morsures de chiens – est bonne, le principe même d'une évaluation comportementale est pourtant absurde, puisqu'on ne peut évaluer un comportement, qui, par définition, est labile. En effet, le vétérinaire va juger du comportement de l'animal à un instant T, en décidant s'il est dangereux ou non. C'est comme si votre température du jour déterminait votre température de manière définitive. C'est inepte et c'est nier le fait que le chien va apprendre et évoluer au fil du temps. Cette évalution se déroulera dans un cabinet vétérinaire, un lieu anxiogène pour l'animal, dont le comportement va se modifier en présence d'un observateur. Enfin, et surtout, il est avéré qu'aucune race n'est plus dangereuse qu'une autre.

Les détenteurs de chiens catégorisés se soumettront quant à eux à la formation, mais elle n'empêchera pas certains individus d'acquérir un animal pour de mauvaises raisons.


Manifestement, les politiques qui ont adopté cette loi ne connaissent rien aux chiens. Ils ont confondu vitesse et précipitation en croyant répondre aux inquitudes légitimes des français. Et la stigmatisation insupportable de certaines races masque un phénomène inquiétant : la très grande majorité des chiens qui ont mordu ne sont pas catégorisés.

 


Pour plus d'informations : http://www.against-bsl.eu, Collectif Contre la Catégorisation des Chiens.

Repost 0
Published by Marie Marchesseau - dans Cartons verts-Cartons rouges
commenter cet article
15 décembre 2009 2 15 /12 /décembre /2009 15:01

b 011
Bonjour,
Merci pour votre site qui est très intéressant.
J'occupe une maison de taille moyenne avec un grand jardin. Nous y vivons à deux adultes, deux chats persans et une chienne Jack Russell de 3,5 ans qui nous apporte énormément de bonheur. Elle est équilibrée, travaille en obéissance et écoute parfaitement.
J'ai découvert il y a un peu plus d'un an le bouvier bernois dont je suis tombée raide dingue. J'envisage d'adopter un chiot femelle mais j'ai peur
de :
- rendre ma chienne malheureuse car elle devra dorénavant me "partager"
- casser la superbe relation et la complicité qu'il y a entre nous
- qu'elle n'accepte pas le nouvel arrivant.
Qu'en pensez-vous? Merci de m'aider à y voir plus clair.



Réponse

Les chiens sont des animaux sociaux, naturellement enclins à vivre en groupe. A priori, donc, c'est une bonne idée de vouloir accueillir un deuxième animal chez vous. Néanmoins, vous avez raison de vous poser quelques questions :

La première consiste à vous demander si votre chienne s'entend bien avec ses congénères : a t-elle été correctement socialisée, est-elle sociable avec les autres chiens ? Assurez-vous ensuite auprès de l'éleveur ou du propriétaire que le chiot que vous souhaitez acquérir a lui aussi été familiarisé à ses congénères, mais aussi aux chats, puisque vous en possédez deux. Ces premières précautions prises, la prise de contact n'en sera que facilitée.

Il est vrai que le quotidien de votre chienne va connaître quelques bouleversements : vous serez moins disponible pour elle, qui ne sera plus l'unique «centre d'intérêt» de la famille. L'arrivée d'un autre chien est donc un événement important, qui va exiger de votre chienne une période d'adaptation, au cours de laquelle votre attitude sera importante.

A l'arrivée du chiot, laissez-les faire connaissance, sans intervenir. Naturellement, votre chienne va «gérer» sa jeune congénère, des codes vont se mettre en place. Faites-leur confiance et rappelez-vous que les chiens sont faits pour vivre ensemble !

Une fois les présentations faites, veillez à ce que les règles de vie soient les mêmes pour les 2 chiens, l'un ne devant pas être privilégié à l'autre !

Montrez-vous chaleureuse avec votre chienne en présence du chiot, et à l'inverse, un peu plus indifférente quand il est est ailleurs. Promenez-les ensemble et associez-les aux jeux, de manière à rendre la présence de l'autre plus agréable. Enfin, chacun devra dormir dans son panier et manger dans sa propre gamelle.

Rassurez-vous, la complicité persistera, si vous le décidez. A vous donc, de ne pas trop «papouiller» le chiot, de ne pas délaisser votre chienne et de lui conserver quelques moments rien qu'à vous (ex : une promenade).

Votre chienne va devoir apprendre à vous partager, mais les canidés s'adaptent plus vite que les humains. Restez optimiste et dites-vous que l'arrivée de ce chiot sera un bien joli cadeau pour elle.

Repost 0
Published by Marie Marchesseau - dans Vos questions
commenter cet article
28 novembre 2009 6 28 /11 /novembre /2009 14:16

 

Si le chien est le meilleur ami de l'Homme, il est aussi sa victime silencieuse. La toute puissance de l'humain sur l'animal mène parfois à des abus insupportables, dans l'indifférence quasi générale.


On peut parler de maltraitance lorsque l'animal subit des violences physiques, des négligences lourdes (privation de soins, boisson et nourriture, d'un abri, attache à longueur de journée), mais également des sévices psychologiques.

Certains chiens ont le bassin brisé par les coups de bâtons, restent enfermés pendant des années dans une boîte de transport, d'autres sont tellement maigres qu'ils ne peuvent plus se lever. Si on parvient à les sauver, ils conservent parfois de lourdes séquelles physiques.

Les conséquences sur le comportement peuvent être sévères : des chiens agressent dès que l'on tente de les toucher, de s'en approcher, voire même si on les fixent du regard. Ils peuvent souffrir de coprophagie (ingestion des selles), souvent parce que leur maître sanctionnait de manière brutale leur malpropreté, fuir les contacts ou alors se recroqueviller, prêts à subir. Ils produisent parfois des comportements autocentrés : ils se lèchent frénétiquement, s'arrachent les poils ou se mutilent la queue. Tous ont en commun une souffrance intense qu'ils tentent d'évacuer par n'importe quel moyen.

Si vous choisissez d'adopter un animal maltraité, soyez patient. Votre nouveau compagnon a subi un traumatisme et il lui faudra du temps pour reprendre confiance en l'humain. Ne le forcez pas au contact et laissez-le en paix. Le chien est un animal social et curieux, c'est de lui-même qu'il viendra à vous. Laissez-lui un accès permanent au jardin ou à une pièce où il pourra se réfugier en cas d'inquiétude. Enfin, évitez de trop le choyer, pensant «compenser» ses moments de malheur. Restez chaleureux et naturel, présent, mais pas trop.


Les auteurs de maltraitances agissent d'abord par lâcheté sur un être vulnérable, incapable de se défendre. Ils violentent pour se défouler, pour s'assurer de leur toute puissance ou affirmer leur virilité défaillante quand ce sont des hommes. Ce peut être aussi le seul moyen à leur portée intellectuelle pour s'en faire obéir.

La violence s'exerce par des particuliers, mais pas seulement. Chaque année, de puissants laboratoires «consomment» des milliers de chiens sous l'oeil bienveillant de l'Etat. Dans les salles d'expérimentation, on martyrise le coeur léger. Mais là, c'est pas pareil, «c'est pour la bonne cause».

 

 

 

Repost 0
Published by Marie Marchesseau - dans Cartons verts-Cartons rouges
commenter cet article
11 novembre 2009 3 11 /11 /novembre /2009 11:06

Vous avez été 43 à répondre à mon sondage du 13 octobre et je vous en remercie.

Vos réponses à la question «Selon vous, quelle est la qualité principale de votre chien ?» ont été variées, émouvantes parfois, et reflètent la place croissante du chien à nos côtés.

 

La qualité la plus souvent admise est l'affection qu'il nous porte (16 réponses). Depuis la seconde partie du XXème siècle, le rôle du chien dans notre société à connu une profonde mutation. Autrefois apprécié pour ses talents de gardien ou de chasseur, il devait être utile, c'était un animal domestique. Aujourd'hui, nos relations avec lui sont basées sur l'attachement mutuel, puisqu'il fait partie de la famille et vit souvent dans la maison : il est devenu un animal familier.

8 personnes admirent ensuite la fidélité de leur compagnon. L'image du chien fidèle, dévoué à son maitre, reste très affirmée et une marque de pâtée pour chiens porte d'ailleurs le même nom.

Puis, vient la sociabilité (7 personnes). Un chien sympa avec tout le monde, qui interagit bien avec son environnement et qui s'adapte à toute les situations est un compagnon apprécié. Cette qualité, basée sur la relation aux autres, va de pair avec «l'affection».

Pour 5 personnes, l'obéissance reste néanmoins un point important, car elle permet au maître - parfois peu sûr de lui ou de son chien - de s'assurer du contrôle de son animal et de s'en faire respecter. Comme la fidélité, l'obéissance est une qualité traditionnelle du chien.

Enfin, viennent des réponses uniques : la patience, la complicité, la douceur, l'attention, la gentillesse, la bienveillance et la gaieté.

 

En vérité, il existerait presque autant de réponses que de maîtres... et de chiens. Les qualités de nos compagnons reflètent souvent nos propres attentes et nos espoirs, qui eux-mêmes sont issus de notre mode de vie ou de notre éducation.

Repost 0
Published by Marie Marchesseau - dans Votre chien et vous
commenter cet article
27 octobre 2009 2 27 /10 /octobre /2009 15:48

Luron est un gentil épagneul breton mâle de 13 ans. Il a vécu presque toute sa vie enfermé dans un poulailler insalubre et depuis plus d'un an, il reste encore enfermé dans un refuge. Luron est en bonne santé, vif, doux et affectueux. Dans la maison, il est calme, docile et propre. Parrainé par la Fondation 30 Millions d'Amis, l'adoptant aura droit à une bourse de 600€ pour les frais vétérinaires.

Luron vous attend au refuge Des Animaux et des Hommes, à Bouguenais (44).
Tél : 02 40 26 90 00
www.desanimauxetdeshommes.com

Repost 0
Published by Marie Marchesseau - dans Adoption
commenter cet article
13 octobre 2009 2 13 /10 /octobre /2009 13:55
Selon vous, quelle est la qualité principale de votre chien ?

Merci d'envoyer votre réponse à :
marie.marchesseau@voila.fr
Repost 0
Published by Marie Marchesseau - dans Votre chien et vous
commenter cet article
1 octobre 2009 4 01 /10 /octobre /2009 16:28

Les premiers jeux entre chiots apparaissent vers l'âge de 3-4 semaines, lorsque le petit animal est capable de se tenir sur ses 4 pattes. Le jeu est une étape importante du processus de sociabilisation intraspécifique (la familiarisation à sa propre espèce), car il permet au jeune chien de vérifier quels comportements et postures sont acceptables ou pas pour ses congénères.

C'est également au cours du jeu que se met en place l'inhibition de la morsure : le chiot va apprendre à modérer la pression de sa mâchoire en fonction de la réaction suscitée par la morsure.

 

Plus largement, le jeu entre chiens vise à simuler un combat, mais aussi à se défouler, explorer son environnement, ou encore tester les réponses de ses congénères.

 

Enfin, le jeu entre le maître et son chien permet de tisser des liens ou de renforcer leur complicité. Il fait partie des contacts positifs qui participent à la socialisation de l'animal, à sa sociabilisation et qui assurent son bien-être.

Repost 0
Published by Marie Marchesseau - dans Votre chien et vous
commenter cet article
15 septembre 2009 2 15 /09 /septembre /2009 15:03

La crise financière et économique de ces derniers mois a aussi un impact sur les chiens. Des propriétaires chaque jour plus nombreux abandonnent leurs compagnons, faute de moyens pour les assumer. D'autres, indignes et lâches, se servent de la crise comme d'un alibi pour se débarraser d'un animal devenu trop encombrant.


Les refuges, bien que surpeuplés, continuent d'accueillir les chiens trouvés, abandonnés ou maltraités. Aujourd'hui pourtant, ils peinent à faire face aux dépenses du quotidien et certains doivent même fermer leurs portes : leurs pensionnaires les plus chanceux trouveront une place dans un autre refuge. Les autres seront euthanasiés.

De nombreux animaux de toutes tailles, races et de tous âges vous attendent dans les refuges de France. A défaut d'adopter, faites un don. Et si vous avez un peu de temps, les associations de protection animale cherchent des bénévoles pour s'occuper des chiens et leur apporter un peu de d'affection.


Samba vous attend au refuge Des Animaux et des Hommes, à Bouguenais (44).
www.desanimauxetdeshommes.com
Tél : 02 40 26 90 00

Repost 0
Published by Marie Marchesseau - dans Adoption
commenter cet article