Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juillet 2009 2 07 /07 /juillet /2009 14:52
Bonjour,


Il y a 3 mois, j'ai acheté une très belle chienne Husky malamute dans un grand élevage à la campagne où les chiens vivent dans des boxes. Ce chien avait 4 mois et l'éleveur avait du mal à la placer car elle avait été «déclassée» à cause d'un problème physique. Quand je suis allée la voir, j'ai tout de suite vu qu'elle était craintive, mais j'ai cru que c'était l'émotion et que ça irait mieux à la maison.

Pourtant, le problème est toujours le même aujourd'hui. Elle a beaucoup moins peur de moi et de mon mari, mais sinon, on peut dire qu'elle a peur de tout. Je pense que son éleveur l'a maltraitée, car ce n'est pas normal. Nous habitons dans une grande ville et la promenade est très difficile, car notre chienne panique et se met à tirer sur sa laisse comme une folle. On nous a conseillé de la forcer aux promenades pour l'y habituer, mais je trouve que c'est pareil. Et à la maison, même chose, un rien l'affole. Qu'en pensez-vous?



Bonjour,


Tous les êtres vivants sont sujets à la peur, une émotion vitale qui permet la conservation des espèces. Certains individus sont plus craintifs que d'autres, soit parce qu'ils ont été maltraités, parce que leur lignée était déjà craintive, ou encore à cause d'un traumatisme. Mais la peur peut également provenir des conditions d'élevage de l'animal.

La grande majorité des élevages est gérée par des professionnels qui connaissent bien le chien et se soucient de son bien-être. Mais dans quelques autres, des dizaines de chiots vivent totalement coupés du monde dans des boxes rutilants, mais sans jamais êtres stimulés.

Sans être péremptoire, il est donc possible que votre chienne souffre de ce que l'on appelle le Syndrôme du Chenil : un animal adulte qui a passé les 12-13 premières semaines de sa vie dans un environnement confiné, pauvre en stimulations variées ressent une peur panique quand il est confronté à la nouveauté : bruits, situations, certains êtres (humains ou autres). Avant donc de choisir son chien, la première précaution consiste à s'assurer qu'il a été correctement stimulé au cours de sa prime enfance, soit en ayant accès à la maison de l'éleveur, soit en bénéficiant d'une pièce d'éveil.

Le SDC est un état malheureusement définitif qui s'avère très handicapant dans le cadre d'une vie de famille «normale», mais avec le temps et la patience du propriétaire, on observe des améliorations.

Sachez donc que votre compagnon va progresser. Pour l'y aider, commencez par la promener au calme à la campagne, ou à défaut, dans un grand parc. Puis, en fonction de ses progrès, vous pourrez la confronter à des lieux de plus en plus stimulants. Pour autant, il s'agira d'avancer étape par étape, ce qui peut prendre des semaines. Si elle ressent de la peur, restez toujours calme et ne la forcez jamais à avancer afin de ne pas accentuer sa crainte et créer un véritable traumatisme. Faites demi-tour et rentrez tranquillement à la maison. Gardez à l'esprit que c'est à votre chienne de décider si elle peut ou non aller vers ce qui lui fait peur.

Avec le temps et grâce à votre compréhension, vous constaterez des progrès encourageants et la complicité avec votre chienne en sera renforcée.

Partager cet article

Repost 0
Published by Marie Marchesseau - dans Vos questions
commenter cet article

commentaires