Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 décembre 2008 2 09 /12 /décembre /2008 17:14

Dans une interview accordée récemment à un magazine féminin, l'éthologiste Boris Cyrulnik parlait de la mort de nos animaux de compagnie comme d'un véritable deuil. En tant que membres de la famille, nos chiens partagent en effet nos joies, ils recueillent nos peines et gardent pour eux nos secrets sans jamais nous juger. Boris Cyrulnik ajoute que certaines tribus sud-américaines organisent même de véritables funérailles pour leurs compagnons à 4 pattes, considérés comme «des petits frères». Dans nos sociétés occidentales, il est en revanche mal vu de pleurer la mort de son chien et c'est souvent en cachette que l'on exprime son chagrin. Il est toujours assimilé à un être inférieur, donc indigne d'être regretté. Un de mes amis me confiait récemment au sujet de son chien disparu : « Je ne devrais pas, c'est idiot je le sais, mais j'ai vraiment beaucoup de peine, il me manque terriblement. Pourtant, je n'en parle pas, car on ne me comprendrait pas ».
Perdre son animal est une grande douleur pour celui qui l'a aimé, c'est une épreuve à traverser, sans en avoir honte : parce que j'ai aimé mon chien, j'ai le droit d'être triste et de le pleurer.

Partager cet article

Repost 0
Published by Marie Marchesseau - dans Votre chien et vous
commenter cet article

commentaires