Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juin 2008 4 19 /06 /juin /2008 13:45





Face à la multiplication des abandons, l'activité bénévole ne suffit pas toujours et de nombreux refuges emploient aujourd'hui des animaliers.
Entretien avec Sophie, animalière dans un refuge* de Loire Atlantique.

 

 




Quel est votre rôle au sein du refuge ?

Je m'occupe essentiellement du nettoyage des structures du refuge, je soigne les «petits bobos» et je toilette les chiens. Je fais aussi du rangement, en veillant à la propreté du matériel (gamelles, couvertures, etc).



De combien de chiens vous occupez-vous chaque jour ?
Il y a en moyenne une trentaine de chiens au refuge, et nous sommes au moins 2 animalières chaque matin.



Pouvez-vous décrire une journée type ?
A mon arrivée le matin, je donne à manger aux chiens et j'ouvre la porte de leur cour. Puis, le nettoyage des boxes m'occupe toute la matinée. L'après midi, entre les appels téléphoniques et l'accueil des adoptants, il y a beaucoup à faire. Je veille aussi à ce que les lieux soient tenus propres.



Quels sont les avantages et les inconvénients de votre métier ?
Les contacts avec les animaux et les rencontres avec des professionnels du chien sont très enrichissants. En revanche, il faut s'habituer aux odeurs ! On rencontre aussi des «abandonnants» qui se débarrassent de leur chien comme s'il s'agissait d'un objet ! Par ailleurs, certains visiteurs ne sont pas toujours faits pour accueillir un animal, mais ils souhaitent adopter dans un refuge uniquement parce que c'est moins cher qu'ailleurs...



Quelle est votre plus grande satisfaction dans votre activité ?

Le fait de pouvoir approcher un chien craintif qui a été maltraité par son maître.



Quelles sont les qualités requises pour être animalier dans un refuge ?
Bien évidemment, il faut aimer les animaux, mais aussi être capable de prendre du recul, savoir ne pas se laisser trop «envahir» par l'affection des chiens, car ils seront adoptés un jour ou l'autre. Et puis, d'autres sont en fin de vie... Enfin, il faut être courageux et ponctuel le matin pour ouvrir les portes des boxes.



Avez-vous suivi une formation spécifique ?

Non. J'ai d'abord été bénévole, puis j'ai appris «sur le tas», mais formée et encadrée par une autre animalière salariée.

* Refuge Des Animaux et des Hommes http://www.desanimauxetdeshommes.com  

Partager cet article

Repost 0
Published by Marie Marchesseau - dans Les professionnels du chien
commenter cet article

commentaires